Alerte européenne sur les masques anti-amiante 3M défectueux

Fonte ETUI.ORG

La Confédération européenne des syndicats (CES) a récemment relayé auprès de tous ses affiliés à travers l’Europe une alerte initiée en France sur les défaillances du masque Proflow asbestos fabriqué par le géant américain 3M. Ce masque de protection est le plus utilisé sur les chantiers de désamiantage partout en Europe. Rien qu’en France, il est régulièrement porté par plus de 25 000 travailleurs.

Le moteur qui pulse l’air ambiant contaminé par les fibres d’amiante à travers le système de filtration de cet équipement de protection individuel présenterait des baisses de régime au cours de son utilisation. Le débit d’air de 160 litres par minute requis par la législation et nécessaire au bon fonctionnement du dispositif n’est pas assuré de façon constante et les travailleurs qui portent ce masque ne sont donc plus protégés efficacement contre l’inhalation de fibres d’amiante.

D’après le quotidien Libération qui a révélé l’affaire au grand public, les dysfonctionnements de ces masques à ventilation assistée ont été rapportés à la direction de 3M pour la première fois en mai 2018 par une de ses salariées, elle-même alertée via les centres de maintenance des masques. Elle rapporte que « 90 des 100 équipements Proflow reçus présentent un problème de débit d’air insuffisant » et « qu’il n’y a pas d’alarme quand le débit est inférieur à 160 L/mn ». Mise à l’écart par son employeur et devant l’inaction de 3M qui affirme que ses masques sont homologués et donc parfaitement sûrs, cette lanceuse d’alertes s’est adressée à la Commission nationale Déontologie et Alertes en Santé publique et environnement (cnDAspe) qui a ouvert une enquête en décembre 2020 (voir son signalement 133).

La cnDAspe a informé la Direction Générale du Travail (DGT) – l’autorité française de surveillance compétente sur le matériel de protection des travailleurs – qui, après investigation, a publié en octobre 2021 un avis dans lequel on apprend que 3M a modifié la notice d’utilisation des masques Proflow asbestos et les a équipés depuis juillet 2020 d’un dispositif d’indication du débit d’air. L’avis stipule que l’utilisation des masques sans ce dispositif est prohibée.

Suite à l’alerte relayée par la CES, la confédération des syndicats néerlandais (FNV) a recommandé à tous les utilisateurs au Pays-Bas d’immédiatement arrêter de travailler avec les masques Proflow asbestos de 3M qui datent d’avant la date d’introduction de l’indicateur de débit.

Lors d’une réunion récente organisée par le FNV avec les responsables de 3M pour le Bénélux et à laquelle l’un des experts de l’ETUI a pu participer, le fabricant a fermement démenti tous les problèmes de qualité qui pourraient affecter ses masques de protection contre l’amiante. Pourtant, de nombreuses questions sont restées sans réponse : qu’est-il advenu des masques Proflow asbestos qui ne sont pas équipés du dispositif d’indication du débit d’air ? Sont-ils toujours utilisés ? Ont-ils été rappelés par le fabricant partout en Europe ? Quelle est la précision de l’indicateur de débit ? Quid de l’alarme (en dehors de celles pour filtres colmatés ou niveau de batterie faible) pour avertir l’opérateur d’une chute éventuelle du débit d’air en-dessous de 160 L/mn pendant l’utilisation du masque ?

Les enquêtes de la cnDAspe et de la DGT sont toujours en cours. Il est recommandé de relayer cette alerte auprès de tous les travailleurs de l’amiante qui pourraient être concernés par l’utilisation de ces masques sur les chantiers de désamiantage en Europe. En attendant de nouvelles informations et en application du principe de précaution, les recommandations du FNV devraient être appliquées partout en Europe.


Allerta europea sulle mascherine anti-amianto 3M difettose

La Confederazione europea dei sindacati (CES) ha recentemente trasmesso a tutte le sue affiliate in tutta Europa un’allerta avviata in Francia sui guasti della maschera di amianto Proflow prodotta dal gigante americano 3M. Questa maschera protettiva è la più utilizzata nei siti di rimozione dell’amianto in tutta Europa. Nella sola Francia, è regolarmente indossato da più di 25.000 lavoratori.

Il motore che fa pulsare l’aria ambiente contaminata da fibre di amianto attraverso il sistema di filtraggio di questo dispositivo di protezione individuale subirebbe cali di velocità durante il suo utilizzo. Il flusso d’aria di 160 litri al minuto richiesto dalla normativa e necessario per il corretto funzionamento del dispositivo non è assicurato costantemente e i lavoratori che indossano questa mascherina non sono quindi più efficacemente protetti contro l’inalazione delle fibre di amianto.

Secondo il quotidiano Liberation , che ha rivelato il caso al grande pubblico, i malfunzionamenti di queste mascherine di ventilazione assistita sono stati segnalati per la prima volta alla dirigenza 3M nel maggio 2018 da una sua dipendente, allertata lei stessa tramite centri di manutenzione mascherine. Riferisce che “90 dei 100 dispositivi Proflow ricevuti hanno un problema di flusso d’aria insufficiente  ” e ”  non c’è allarme quando il flusso è inferiore a 160 L/min “. Archiviata dal suo datore di lavoro e di fronte all’inerzia della 3M, che sostiene che le sue mascherine siano omologate e quindi perfettamente sicure, questa informatore ha contattato la Commissione nazionale per l’etica e le allerte in sanità pubblica e ambiente (cnDAspe) che a dicembre 2020 ha aperto un’indagine (cfr. la sua relazione 133 ).

La cnDAspe ha informato la Direction Générale du Travail (DGT) – l’autorità di controllo francese responsabile dei dispositivi di protezione dei lavoratori – che, dopo le indagini, ha pubblicato un avviso nell’ottobre 2021 in cui si apprende che 3M ha modificato l’avviso di utilizzo delle maschere di amianto Proflow e li ha dotati da luglio 2020 di un dispositivo indicatore del flusso d’aria. L’avviso afferma che l’uso di maschere senza questo dispositivo è vietato.

A seguito dell’allerta trasmessa dalla CES, la Confederazione sindacale olandese (FNV) ha raccomandato a tutti gli utenti nei Paesi Bassi di interrompere immediatamente il lavoro con le maschere di amianto 3M Proflow che sono antecedenti alla data di introduzione dell’indicatore di flusso.

Nel corso di un recente incontro organizzato dalla FNV con i dirigenti del Benelux di 3M e al quale ha potuto partecipare uno degli esperti di ETUI, il produttore ha smentito con forza tutti i problemi di qualità che potrebbero incidere sulle sue maschere protettive contro l’amianto. Tuttavia, molte domande sono rimaste senza risposta: cosa è successo alle maschere in amianto Proflow che non sono dotate del dispositivo indicatore del flusso d’aria? Sono ancora in uso? Sono stati richiamati dal produttore ovunque in Europa? Quanto è preciso l’indicatore di flusso? Che dire degli allarmi (a parte quelli per filtri intasati o livello batteria basso) per avvisare l’operatore di un possibile calo del flusso d’aria inferiore a 160 L/min durante l’uso della maschera?

Le indagini di cnDAspe e DGT sono ancora in corso. Si raccomanda di trasmettere questo avviso a tutti i lavoratori dell’amianto che potrebbero essere interessati dall’uso di queste maschere nei siti di rimozione dell’amianto in Europa. In attesa di nuove informazioni e applicando il principio di precauzione, le raccomandazioni della FNV dovrebbero essere applicate in tutta Europa.

 98 total views,  4 views today